Art africain, masque et statuette africaine

Masque ntomo bambara : masque africain du Mali

Accueil >  Masque africain >

Masque de l’association du N’tomo (Bambara)

Trier par date de mise en ligne  | prix
Association bambara du N’tomo
Masque bambara - Masque du Mali - Masque africain
Référence : 2682

Masque du n’domo bambara

145 €
Masque du n'domo bamana / bambara ou malinké (Guinée, Mali) - Masque africain
  
 
Mon panier

Aucun objet ne figure dans votre panier.

 

Le N’tomo est la deuxième des sociétés d’initiation bambara une fois compté le tyèblenké, qui regroupe les enfants âgés de trois à six ans en vue de leur préparation à la vie intellectuelle, morale et religieuse du peuple. Tous les garçons y adhéraient obligatoirement à sept ans révolus, et restaient membres jusqu’à la circoncision, qui intervenait vers l’âge de quinze ans. Le N’tomo viendrait, selon les uns de do mò « pêche au mystère » des choses du monde, et selon les autres, de dòn mòò, « prémices de la connaissance », du savoir. Il dispense effectivement aux garçons sortant de la petite enfance un enseignement succinct, mais complet, sur les aspects essentiels - religieux, social, politique et économique - de leur société, et ce, à travers des activités de toutes sortes. À l’instar des autres sociétés d’initiation bambara, il est placé sous le double patronage de Fâro, déesse de l’eau et mère de l’humanité, et de Suruku, l’hyène mythique, d’où son véritable nom, n’domo suruku. Selon le mythe, le N’tomo aurait pour promoteur le forgeron primordial Noun Fayiri, ancêtre apical des hommes, qui l’aurait créé afin d’initier ses petits-enfants aux mystères de Dieu, du monde et de la vie. il possède au même titre que les autres dyo, ou sociétés cultuelles, ses lieux et ses objets sacrés : bosquet, autel en pisé, rhombe, mirliton, tambourins, tambour à friction. L’apprentissage du dogme du n’tomo consiste essentiellement en la récitation d’une multitude de chants et d’hymnes, tout en vers - ce qui permet au jeune Bambara d’acquérir une grande maîtrise des subtilités de la lange et une bonne connaissance des divinités du panthéon. Néanmoins, ils est dit (par boutade ?) que c’est le masque du N’tomo qui fait le N’tomo. Ce masque, présent dans tous les pays bambara (Bèlèdougou, Kala, Bèndougou, régions de Ségou, de Ké-Macina, etc. ainsi que dans le Manden, offre une très grande diversité de modèles et de styles, dont les plus courants ont nombre de caractéristiques communes. Le front est bombé : signe d’intelligence, il rappelle celui des masques du Koré. Le nez, long et haut, symbolise la vitalité. La bouche tubulaire évoque la succion du savoir à la manière d’un bébé tétant goulûment le sein maternel. De nombreuses tresses (trois à sept, et même huit) surmontent le front, et constituent autant d’antennes de détection et de captation des savoirs du monde. Au niveau des tresses et de la face du masque, une multitude de cauris sont incrustés ou collé comme vœux de fécondité et de procréation, ainsi que de richesse par l’acquisition du savoir. (Notons que les cauris, qui ont constitué jusqu’en 1946, et même après, la monnaie la plus courant en Afrique de l’Ouest, figurent respectivement par leur fente et leur partie bombée, la vulve et le ventre d’une femme enceinte.) Le pantalon et la blouse du porteur du masque sont cousues d’un seule tenant et ne laissent voir aucune partie de son corps. Il peut y avoir la représentation de Fâro ou de Bèmba sur le masque du N’tomo.

Art agni | Art akan | Art ashanti | Art attié | Art baga | Art bamiléké | Art bangwa | Art baoulé | Art bassa (Cameroun) | Art bassa (Sierra Leone) | Art bemba | Art bêmbé | Art bena biombo | Art bété | Art bidjogo | Art boa | Art bobo fing | Art bozo | Art bushoong | Art bwa | Art chewa | Art dan | Art djenné | Art ekoï | Art éwé | Art fang | Art fanti | Art fon | Art gouro | Art gurunsi | Art holo | Art holoholo | Art hongo | Art hwela | Art ichalama | Art igala | Art igbo | Art isla | Art kanyok | Art kété | Art kôngo | Art koulango | Art kran | Art krou | Art kuba | Art kwésé | Art léga | Art lélé | Art lobi | Art luba | Art luéna | Art lula | Art lulua | Art lumbo | Art lwalwa | Art malinké | Art mandé | Art mangbetu | Art marka | Art mbagani | Art mbala | Art mbanza | Art mbolé | Art mboyo | Art africain mbundu | Art mendé | Art métoko | Art moba | Art mongo | Art mossi | Art mumuyé | Art nafana | Art ndengésé | Art ngata | Art ngbaka | Art ngbandi | Art nkanu | Art nkumu | Art nziba | Art punu | Art salampasu | Art sénoufo | Art somono | Art songyé | Art suku | Art tabwa | Art téké | Art tétéla | Art toma | Art tsogho | Art vuvi | Art yaka | Art yombé | Art yoruba | Art zandé | Art zéla | Art africain bambara | Art dogon | Art hemba | Art pendé | Art tschokwé | Art africain d’Angola | Art du Bénin | Art du Burkina Faso | Art du Cameroun | Art de Centrafrique | Art africain au Congo (Zaïre) | Art de Côte d’Ivoire | Art du Gabon | Art du Ghana | Art de Guinée | Art de Guinée Équatoriale | Art de Guinée-Bissau | Art du Liberia | Art du Mali | Art du Malawi | Art du Nigéria | Art du Sénégal | Art de Sierra Leone | Art du Soudan du Sud | Art de Tanzanie | Art du Togo | Art de Zambie